JEAN-CHRISTIAN ROSTAGNI

Urging the World to See















TENNIS

Sorcier

SORCIER

Yannick Noah lors de la demi finale de Coupe Davis à Aix en Provence en Septembre 1982.

Cette photo souhaite représenter le tennis sur terre batue dans les années 80, Yannick Noah. Le tirage reproduit ici est sur papier au bromure viré à l'urane (uranium). Cette photo fut publiée en 1990 par Humour à la carte, éditeur d'art sur carte postale. L'édition est épuisée depuis longtemps. Matériel pour collectionneurs.
SORCIER (sorcerer)

This photograph was shot in September 1982 during a Davis Cup semi final in Aix en Provence. Yannick Noah, the son of a soccer player from Cameroun, and of French nationality due to his French mother was near the top of his game then. He was going to win the French open the following year.

This photograph captures the remarkable athletic abilities and style, including culturally of this player who was noticed by Arthur Ashe and has left a his mark in French tennis. It also captures the idea of playing tennis on clay, something very French.

The print reproduced here was made on bromide paper toned with uranium. This photograph was published in 1990 by "Humour à la Carte" an art postcard publisher, it is long out of stock. Collectors material.

You Make Me Wonder

YOU MAKE ME WONDER

This photograph was shot in May 1991 during a tournament preparing for the French Open. This kind of access would just not be possible in a higher stake tournament. Mc Enroe was in the end of his career, struggling to remain competitive, and of course not on his favorite surface, clay.

This photograph captures this moody fellow who apart from his admirable performances in the game has accomplished the remarkable exploit of capturing people's heart through tantrums. He wore his soul on his face, another form of honesty, and we love him for that, just as we loved Bjorn Borg for his cool. It is worth noting that Mc Enroe's post tennis career is still in play, while most nicer boys from that era, like Michael Chang, Jimmy Connors etc... have disappeared, if not into oblivion, at least from the TV screens.
YOU MAKE ME WONDER (Tu me rends perplexe)

Cette photo fut prise en Mai 1991 à Paris lors d'un tournoi en préparation pour l"open de Rolland Garros. La proximité, l'intimité presque dont je jouies ici n'aurait pas été possible dans des tournois avec davantage d'enjeu. Mc Enroe était alors sur la fin de sa carrière, essayant généralement en vain de rester compétitif, s'accrochant avec tout le mordant qui le caractérise, et biensur, ne parvenant pas à être performant sur la terre batue, une surface par trop étrangère pour ce yankee.

Cette photographie capture je crois, le tempérament de ce joueur d'anthologie, qui mis à part ses performance sportives pour toujours dans l'histoire du tennis, a aussi accompli l'exploit hors du commun, de gagner notre tendress à coup de crises de nerfs. Nous adorions Bjorn Borg pour son calme, son flegme quasi inhumain, et nous avons fini par adorer John Mc Enroe en dépit ou peut être en fait aussi à cause de ses pertes de control qui révélait au final une forme d'honnêté, de rebellion contre l'injustice arbitraire, contre les valeurs bourgeoises de l'establishment, de la conduite requise en bonne société. Quelque part, John Mc Enroe dans les annèes 80, c'était l'incarnation du combat de l'homme seul, égoiste mais qui à coup de volonté s'accroche et triomphe. Il est remarquable que Mc Enroe soit maintenant un pilier de l'industrie télévisuelle américaine, utilisé même pour des publicités alors que Michael Chang, Jimmy Conors et bien d'autres gentils garçons ont tous passés aux oubliettes.